• Admin.du Site

  • Archives

Les opportunités criminelles…

Posté par jacques LAUPIES le 14 mars 2012

 

Les opportunités criminelles... dans POLITIQUE P101060211-225x300

une réalité qui dépasse l'entendement

Nous vivons une époque ou les politiques et plus encore tout un panel de commentateurs, éditorialistes et autres intellectuels chargés d’informer, susceptibles d’être des éducateurs de la jeunesse ou des masses dites populaires, se querellent à propos de révolutions, sociales ou nationales, de coups d’état , en comptant les morts, les torturés, les soldats ou les civils tués à cette occasion.

 Depuis la révolution française qui elle-même fait évidemment débat sur les cruautés, les exactions qui ont pu être commises, d’autres évènements historiques, d’autres révolutions ont généré (notamment par la contre-révolution qui a suivi) des meurtres et tueries de toutes sortes. Les plus souvent évoqués sont ceux qui ont revêtu la forme du génocide, sans doute la forme criminelle la plus abjecte ou on élimine sur des bases ethniques ou raciales.

 Certains estiment également que des éliminations systématiques à partir d’une appartenance sociale, nationale ou les victimes ne sont que des personnes supposées défendre un régime, refuser  la perte de leur statut de classe, sont de moindre portée. Ils prétendent ainsi qu’il faut savoir vaincre ceux qui résisteraient à tout ordre nouveau, d’égalité et de justice et que se priver de cela peut conduire à maintenir  l’ordre ancien basé sur l’exploitation (le goulag, la révolution culturelle en Chine; la révolution khmers, en sont de sinistres exemples)

 Ainsi on introduit la notion de bien ou de mal avec évidemment le sentiment que le bien (dont chacun se prévaut) autorise l’éradication du mal.

 Et vas y que je disserte sur la terreur et le massacre des vendéens qui n’était en fait que le résultat de leur refus d’accepter la République, laquelle bien sur avait beau jeu d’expliquer que les féodaux faisaient crever de faim le peuple et l’engageait dans des guerres pour se partager les terres de la planète. Sans oublier la  collaboration avec l’étranger au détriment du réflexe patriotique.

  Et vas y que je disserte sur les exactions commises sur des prélats et des bourgeois  par des communards, issus d’un peuple affamé et usé par des guerres inutiles, lesquel avait beau jeu d’expliquer qu’il défendait la liberté et l’égalité face à la collaboration avec l’ennemi

 Et vas y que je disserte sur les procès et l’épuration de bon nombre de collaborateurs par des résistants issus d’hommes et de femmes pour qui l’oppression et l’occupation nazie était insupportable au point de mettre en cause leur propre vie.

 Et vas y que je disserte sur ces exactions des  révolutionnaires algériens  qui après huit ans de luttes pour  le droit de leur peuple à des droits et à la dignité dont les avait privés le colonialisme.

 Depuis l’antiquité, en fait depuis que les hommes entretiennent des rapports d’exploitation et se sont éloignés des temps primitifs ou prévalaient, hors la solidarité interne des clans, la dispute des territoires de chasse, les guerres, les conflits de toutes sortes prennent des tournures criminelles. Ce n’est pas nouveau et ce n’est pas fini à une époque ou la dispute porte sur des richesses énergétiques, des territoires de productions agricoles ou industrielles et surtout des forces de travail à bas couts.

 Nous venons de vivre les révolutions arabes. Le conflit syrien fait pleurnicher beaucoup de dignitaires et la encore chacun recherche ou est le bien ou est le mal. Et l’on voit de gauche ou de droite des personnalités choisir leur camp au sempiternel principe des « droits de l’homme » que tout le monde accommode à sa sauce.

 Le Drame est que tous oublient ou font semblant d’oublier que l’incendie à des causes profondes qu’il faut aller chercher dans les injustices dont sont victimes des classes et parfois des peuples entiers. Un réflexe salutaire si l’on veut éviter de se trouver un jour en position de victime d’un massacre quels qu’en soient les instigateurs. Et cela peut arriver plus vite qu’on ne le pense, avec la bénédiction de toutes sortes de prophètes.

 Aucun des exemples précités n’a échappé à cette règle qui a toujours pour fondement l’exploitation de l’homme par l’homme. Aucun de ces exemples n’est exempt de la cruauté, même inégale, entre les parties opposées. Aucun de ces exemples n’est exempt de massacres d’innoccents.

 Les jeunes devraient être avertis, y compris dans notre « douce France » qu’ils courent le risque d’un de ces cataclysmes  s’ils n’entendent pas ce que d’évidence nous explique l’histoire pour peu que l’on y introduise une analyse de classe.

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...