• Admin.du Site

  • Archives

Pour Mélenchon, Sarkozy lui « facilite le travail »

Posté par jacques LAUPIES le 12 mars 2012

Mots clés : front de gauche, jean-luc mélenchon, villepinte,

 Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à l’Elysée, a estimé dimanche que Nicolas Sarkozy lui « facilitait le travail » en disant qu’il était possible de se passer de mesures décidées au niveau européen.

Invité de l’émission « C Politique » sur France 5, le candidat du Front de Gauche a d’abord ironisé sur les 70 000 personnes annoncées par l’UMP au meeting de Villepinte du président-candidat. C’était « volontairement très théâtralisé » avec ce « meeting d’un million de personnes dans une salle de 37 000 sièges! », a-t-il lancé, mettant de côté le « numéro pour exciter la foule » sur les étrangers devant un « ramassis de réactionnaires qui vocifèrent de joie » à ces paroles.

Mais « il s’est passé un évènement politique », a-t-il poursuivi, et Nicolas Sarkozy par son discours « me facilite le travail ». « Il est le président en exercice », « sa fixette c’est les étrangers, c’est Schengen » et « il dit +l’accord ne me convient pas donc on va le changer et si on le change pas, je m’en passerai+ », « c’est exactement mon attitude » sur le traité européen et « la loi sur la concurrence libre et non faussée », a-t-il fait valoir. « Jusqu’à il y a une heure, c’était Jean-Luc Mélenchon qui parlait comme ça et on disait +vous n’y pensez pas!+ », a souligné le candidat de la gauche radicale qui veut « changer la loi sur le libre échange et la concurrence libre et non faussée » et plaide pour un référendum en France contre le traité européen.

Pour Jean-Luc Mélenchon, « la démarche politique que le Front de gauche propose depuis trois ans sur la question européenne, le président en exercice, -oubliez qu’il est de droite et que je suis de gauche-, vient de dire que c’est une méthode acceptable et jouable pour la France, donc j’avais raison ».

Et « au lieu des histoires » de M. Sarkozy sur les étrangers qui « ne tiennent pas debout », « allons nous soucier de la question du dumping social qui est intolérable », a-t-il lancé. Nicolas Sarkozy a menacé dimanche, s’il est réélu, de sortir la France des accords de Schengen sur la libre-circulation dans l’UE afin de lutter contre l’immigration clandestine qu’il estime mal contrôlée par certains pays européens.

MON COMMENTAIRE

Jean Luc Mélenchon ne manque pas une occasion de se saisir des déclarations de ses adversaires (ou concurrents) pour les utiliser avec autant d’arguments pour démontrer la justesse de sa démarche. A droite pas de cadeau ! Marine Le Pen en aura fait les frais autant que Sarkosy. A « gauche » Hollande est habilement positionné par rapport aux propositions du Front de Gauche, ce qui devrait faire réflèchir ce qui font l’amalgame entre Mélenchon et le « socialiste » vu sous on angle traditionnel de réformiste prêt à se fourvoyer avec l’adversaire de classe, c’est à dire le capitalisme.

Sans que le les ai entendus, il parait de des amis de Jean Ferrat se font les interprètes de cette vision un peu rigide et raccourcie du socialiste candidat que les communistes ont choisi. Ils iraient jusqu’à prétendre que le chanteur ne voterait pas pour Mélenchon. Ces artistes aux voix chevrotantes, que l’âge de la retraite atteint, péniblement tentent de l’imiter dans un art qui leur échappe totalement bien qu’ils en revendiquent  l’usage : la poésie.

Rien de plus facile que de faire parler les morts ! On a déja connu ça avec Jaurès et Guy Mocquet sauf que ceux  qui ont tenté de les récupérer sont à droite. Voila que Ferrat n’échappe pas à cette exécrable manie, avec d’autres qui se disent de gauche. Et ça chante « Ma France » à la manière de « Fais dodo mon petit Frère » Les paroles et ce qu’il y a entre elles échappent à leur cervelle de petit oiseau, que dis-je, de perroquet.

Et Mélenchon, dans tout ça me direz vous ! Eh bien Mélenchon il fait son boulot et il le fait bien. Et si vous doutez de sa sincérité faites en sorte qu’il continue en l’aidant plutôt que de spéculer sur la maladie dont bien d’hommes politiques ont été frappés avant lui : l’opportunisme de compromission.

Il ya un antidote à cette maladie : l’action, par le vote et par la lutte sociale,  permanente,  pour défendre les idées auxquelles l’on croit.

 

  Jean-Luc Mélenchon-jeunes correspondants de l'Humanité, les vidéos

 http://webmail1f.orange.fr/webmail/fr_FR/read.html?FOLDER=SF_INBOX&IDMSG=16870&check=&SORTBY=1

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...