• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2011

La démocratie en danger (paru dans l’humanité)

Posté par jacques LAUPIES le 13 novembre 2011

 La démocratie en danger (paru dans l'humanité) dans POLITIQUE sp_1

Jeudi, l’agence de notation Standard and Poor’s publiait « par erreur », la dégradation de la note française. Une faute irresponsable, qui a pourtant eu des répercutions. Voici la réaction de Patrick Le Hyaric à cet évènement.

Sous couvert de gouvernements dits « techniques » et « d’unité nationale « , un coup de force caché se déroule sous nos yeux. Celui de l’oligarchie financière qui prend directement les rênes des pays de L’Union Européenne les plus en difficulté. Ceux là mêmes qui ont conduit L’Europe dans l’inextricable crise que nous connaissons. Ce syndicat malfaisant des anciens de Goldman Sachs, de la Banque centrale européenne et de la Commission de Bruxelles, s’est associé avec des cabinets de l’ombre installés dans les arrière-salles des banques et des bourses, baptisés agences de notation. Avec leurs amis en fonction dans ces mêmes institutions, ces prédateurs prennent d’autorité le pouvoir pour appliquer d’une main de fer une super-austérité qui mène les pays à la ruine.

Voilà que l’une de ces agences, « Standard and Poor’s », avait préparé un communiqué qui aurait conduit automatiquement à augmenter le service de la dette de L’Etat français, augmentant artificiellement les taux d’intérêt des emprunts d’Etat le jour même où la Commission de Bruxelles demandait quasiment un troisième plan d’austérité au gouvernement.

Voilà qu’en Grèce, un ancien dirigeant de la BCE devient premier ministre en association avec l’extrême droite fascisante dont le souvenir est encore vivace dans ce pays. Comment comprendre que les socialistes grecs puissent participer à un tel attelage si inquiétant qui va amplifier les destructions sociales et l’abaissement national ?

En Italie est envisagée la nomination de l’ancien Commissaire européen, M. Monti, champion de toutes les déréglementations et mises en concurrence destructrices.

Ces premiers ministres exécuten en fait les ordres de ce que l’on appelle désormais la « Troïka », composée des commissaires politiques et économiques dépêchés par le FMI, la BCE et la Commission de Bruxelles, conformément au pacte Euro plus, le pacte des rapaces.

Face aux dangers qui se profilent, je souhaite des initiatives d’actions unitaires, larges, ouvertes de toutes les forces progressistes et syndicales, et au delà de tous les démocrates qui n’ont jamais souhaité que la construction européenne devienne synonyme de souffrances, de malheurs, d’appauvrissement généralisé des travailleurs et de transfert direct du pouvoir aux mandataires les plus proches des requins de la finance.

L’heure est bien plus inquiétante qu’il n’y parait. Le choix de l’austérité est inefficace. Il mène à la ruine. Il menace désormais les souverainetés populaires et nationales. Il empêche aussi les projets de solidarité européenne et les indispensables mises en commun librement choisies. Oui l’heure est au rassemblement le plus large pour que la voix des peuples unis se fasse entendre, afin que l’humain prenne le dessus.

Patrick Le Hyaric

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

11 novembre

Posté par jacques LAUPIES le 12 novembre 2011

p1030079.jpgp1030075.jpgp1030062.jpgp1030055.jpgp1030068.jpg

 p1030083.jpg

De jeunes chanteurs de « Marseillaise » ! Un brin de fraicheur dans cette commémoration ! Mais savent-ils ce que leur préparent les vieilles barbes et tous ceux qui, toutes générations confondues dont la mémoire comme dans la chanson « flanche » ou « révise » ou revisite étrangement l’histoire.

Les discours traditionnels ont ponctué ce 11 novembre devant le monument aux morts de Tarascon. Celui du Président de la République qui mijoterait quelque chose pour « économiser un jour férié » . Pas celui là dont la vocation semble devoir être élargie mais peut être un autre que cela ne m’étonnerait pas  ! Qui sait ? Histoire de faire payer un peu plus les français inquiets et à qui l’on annonce, peut être pour la circonstance, par erreur nous dit-on, que les agences de cotation nous surveillent. 

L’objectif serait de célébrer tous ensemble la mémoire des « morts pour la France » quel que soit le conflit qui les a vu périr pour la patrie (ou pour les industriels comme disait Anatole France). 

A voir ? Ca se discute et pas sûrs que ceux qui célèbrent la fin d’un conflit comme la guerre de 39/45 ou bien de la guerre d’Algérie, voient d’un bon oeil que l’on enterre la spécificité des combats pour lesquels les uns furent volontaires et les autres contraints au ptétexte un peu léger me semble-t-il qu’il ne resterait plus de combattants de 14 / 18 Un pilule qui risque bien de ne pas passer. 

Un jeune garçon déguisé en poilu. Une marseillaise, bien interprétée  par les enfants de l’école de musique de Tarascon. Une remise de décoration, une fanfare aux allures napoléoniennes agrémentaient cette commémoration. 

La lutte des classes évidemment n’était pas évoquée. Ce n’était pas le lieu me direz-vous ! J’en conviens mais o combien elle hante les guerres (utiles ou inutiles) 

Lu dans internet

 « Le président Nicolas Sarkozy a annoncé vendredi, lors des cérémonies à l’Arc de triomphe, le dépôt dans les prochaines semaines d’un projet de loi faisant du 11 novembre « la date de commémoration de la Grande guerre et de tous les morts pour la France ».

J’avais bien entendu…

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Ce que ferait le Front de Gauche face à la crise

Posté par jacques LAUPIES le 11 novembre 2011

Face à la crise, les gouvernements de l’Union européenne appliquent partout lesmêmes recettes. Pourtant, loin de s’atténuer la crise ne cesse de s’aggraver et lespeuples payent chaque jour un tribut de plus en plus important.

L’exemple de la Grèce est particulièrement terrible. Voilà maintenant plus d’unan et demi que les plus grandes instances européennes et internationales (Unioneuropéenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international)interviennent directement pour « sauver la Grèce ». Le peuple grec a déjà subi plus de 8 plans d’austérité. Pourtant les conditions de vie ne cessent de se dégrader. L’économie grecque n’est toujours pas relancée et la dette s’estcreusée.

Dans son programme l’Humain d’abord, le Front de Gauche propose d’engager une nouvelle politique capable de sortir de la crise.

Gouverner face aux banques et aux marchés financiers

Lutter contre la spéculation :

- interdire les mécanismes spéculatifs (ventes de gré à gré, vente à découvert, achat de CDS (contrat d’assurance) par des institutions financières qui ne possèdent pas le titre assuré etc.)

- séparer les banques de dépôts et les banques d’affaires

- contrôler et les mouvements de capitaux et taxer voire interdire les mouvements spéculatifs (circulation d’argent ne correspondant à aucune contrepartie dans l’économie réelle)

Desserrer l’étau de la finance et des banques privées :

- Autoriser la BCE à racheter des titres de dette publique.

- En attendant la réforme de la BCE, permettre à la Banque de France de racheter les titres publics

- Créer un pôle public bancaire y compris par « la nationalisation de banque et de compagnies d’assurance »

- Obliger les banques et les institutions financières à détenir dans leurs fonds propres des titres de dette publique afin de contribuer aufinancement du pays

Ne pas rembourser toute la dette :

- Réaménagement négocié des dettes publiques, l’échelonnement des remboursements, la baisse des taux d’intérêts les concernant et leurannulation partielle.

- Moratoires et audits sous contrôle citoyen.

S’affranchir du traité de Lisbonne

- Conformément au mandat qui nous aura été donné par le peuple français pourmettre en place une politique de gauche dans notre pays, nous refuserons d’appliquer des directives contradictoires à nos engagements. Notre désobéissance fera tache d’huile dans l’Union et dans la zone euro d’autant plus que le traité de Lisbonne interdit toute politique efficace contre la crise.-

Permettre à la BCE de racheter la dette publique ou recourir à la Banque de France si la BCE n’est pas réformée ou en attendant qu’elle le soit (désobéir à l’article 123 TFUE qui l’interdit)

- Défendre la souveraineté budgétaire de la France :

- Ne pas faire voter la « règle d’or » (donc désobéir au dernier sommet)

- Ne pas appliquer le « pacte Euro + » et le « semestre européen » (contrôle du budget national par la Commission avant son examen par le Parlement)

- ne pas appliquer les directives de libéralisation des services publics

- lutter contre le libre-échange : instaurer une taxe kilométrique et des prélèvements nationaux concertés sur les importations de productionsdélocalisées (désobéir à l’article 206 TFUE sur la « suppression des restrictions aux échanges internationaux« )

Relancer l’activité par le partage des richesses et la planification écologique

Alors que toute l’Europe s’enfonce dans la récession et que l’austérité aggrave lacrise, il faut relancer l’activité :

- par l’augmentation des salaires et du SMIC

- par des investissements publics financés par des hausses d’impôts sur les plus riches et les grandes entreprises (revenu maximum, passage de 5 à 14 tranches d’impôt sur les revenus, suppression des niches fiscales et des exonérations de cotisations sociales etc.)

- par la bifurcation du système productif par la planification écologique

- par la relocalisation des  productions

motion.com/swf/http://issuu.com/placeaupeuple_2012/docs/argumentaire_face___la_crise/1″][/gv]

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Faisons de Dexia une banque publique utile aux Belges et aux Français!

Posté par jacques LAUPIES le 10 novembre 2011

Le système bancaire déréglementé se trouve aujourd’hui pris dans la tourmente. En sauvant les banques, les pouvoirs publics se sont endettés jusqu’au cou mais se déclarent aujourd’hui prêts à de nouvelles recapitalisations, encore avec l’argent public.

L’exemple de Dexia, la banque qui a vendu des emprunts toxiques aux collectivités locales françaises et belges, est symptomatique de l’inefficacité de ces solutions de « sauvetage ». Nationalisée « temporairement » dans le cadre d’une coopération entre nos deux pays, et sans aucun changement dans les pratiques et la gestion des crédits, elle appelle de nouveau la puissance publique à l’aide.

Pour le PCF, Rood, et le Parti de la gauche européenne (PGE), les contribuables belges et français ne doivent pas payer pour les risques de « Toxia », la « bad bank » dans laquelle l’ensemble des titres pourris de Dexia seraient rassemblés. Ce n’est pas à eux d’assainir les comptes de la banque pour qu’elle retombe dans les mains de joueurs de casino irresponsables.

Ces actifs dévalorisés ne doivent pas forcément être couvert par la garantie d’état. C’est aux deux peuples d’en décider, via un audit public sous la responsabilité des parlements, des associations d’usagers et des organisations syndicales.

Plus largement, nous considérons qu’une banque nationalisée doit être démocratiquement gérée et servir aux investissements d’intérêt général. Une nationalisation ne sert à rien s’il s’agit de continuer avec la même direction, à participer au circuit international d’escroquerie des placements à risque et de produits financiers dérivés.

Nous avons aujourd’hui la chance historique de former une banque publique au service des collectivités territoriales et des particuliers, pouvant financer des investissements écologiques ou sociaux. Il faut s’en saisir !

Pierre Laurent, Secrétaire national du Parti communiste français et Président du Parti de la gauche européenneErik De Bruyn, porte-parole de Rood !

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Les requins ça se mange…

Posté par jacques LAUPIES le 9 novembre 2011

Les requins ça se mange... dans POLITIQUE

à condition d’être nombreux…

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

123456
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...