• Admin.du Site

  • Archives

La gestion de la peur (« Mon oeil » de ce samedi)

Posté par jacques LAUPIES le 26 novembre 2011

http://13h15-le-samedi.france2.fr/?page=accueil&rubrique=monoeil&video=manuel_13h15_oeil_20111126_218_26112011141314_F2

 Bravo !

Cette chronique hebdomadaire généralement à tendance satyrique, prend cette fois-ci une dimension ou le propos semble plus sérieux qu’humoristique.

 Bravo au journaliste qui a fait cette vidéo ! Mais cela suffira-t-il pour dissuader tous ceux qui se laissent aveugler par les manipulations de Marine Le Pen qui fonde, comme le fait son père, sa stratégie politique sur la communication de la peur. Ses adeptes feraient bien d’y regarder à deux fois dans les discours qu’elle tient, que je juge dangereux et qui me donnent la nausée.

 Pas de cadeau devant de tels propos ! Pas de concessions ! Je ne connais pas les opinions politiques de Michel Monpensier mais je lui reconnais là un excellent travail de mise en garde.

 Je ne confonds pas, même si leur choix m’attriste, les presque 40 % d’électeurs qui se laissent berner par le FN, avec l’encadrement politique de ce Parti qui insidieusement s’imbide des thèses les plus réactionnaires sous une couverture de républicanisme, de laïcité et de social.

 Ce n’est pas tant l’adhésion de ceux qui participent à l’élaboration des propositions politiques du FN qui me préoccupe mais bien les fondements sur lesquels elles se font et qui dénient tout ce qu’elles peuvent suggérer d’apparence logique, voire progressiste, pour les moins éclairés. La prise de position, à partir d’un fait divers révoltant qui fait souffrir tout humain digne de ce nom, tant il est cruel, devient une opportunité ou l’on joue avec l’émotion. Le procédé est répugnant de la part d’une femme politique, avocate de surcroit. Elle l’est d’autant plus s’agissant de Ministres en place.

Proposer qu’une société tue ce qu’elle produit, en instituant la peine de mort, relève d’une conception de l’homme extraite de tout ce qui permet sa construction et son humanité. La société ne peut se mettre au rang de l’animal au prétexte que parmi nous existent des êtres dont le retour à un comportement proche de l’animalité nous désarçonne. Mais l’homme dont les actes dépassent celui de l’animal demeure un homme !

Combien d’entre nous ne connaissent-ils  pas cette aggressivité « gratuite » dont nous sommes parfois victimes et qui hélas aujourd’hui transpire des frustrations, des pathologies que développent des rapports sociaux basés sur l’exploitation et l’inégalité.

Oui cela fait peur mais la peur est mauvaise conseillère, elle est aussi dangereuse que celui qui la fait naitre !

 

 

 

 

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...