• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2011

Mélenchon et d’Ormesson

Posté par jacques LAUPIES le 3 octobre 2011

p1020936.jpg

Les catalans savent décorer leurs squares (Roses)

J’avoue que lorsque j’ai appris que Mélenchon serait accompagné de d’Ormesson dans le 13 h 15 de Delahousse, ce dimanche 2 octobre, cela ne m’a pas déplu. Non pas que j’ai une admiration sans bornes pour cet écrivain que d’ailleurs j’ai plus découvert dans ses nombreuses présences sur les plateaux de télévision qu’en lisant ses livres.  Ce qui soit dit en passant est impardonnable et ne fait que confirmer ma paresse intellectuelle et aussi mon manque de temps. Mais il me faudra réparer cela car tout de même l’homme m’intéresse !

Bref les deux hommes ont été égaux à eux-mêmes et mon opinion sur eux n’a été que confirmée, avec de l’amélioration pour Mélenchon, pour qui au fil des jours j’ai de plus en plus de sympathie dans la manière dont il conduit sa campagne électorale et, je dois dire,  le statu quo de ma considération et de ma réserve à  l’égard de d’Ormesson.    Ce dernier en effet, par delà le talent d’écrivain dont il est crédité, continue à cultiver un anti communisme qu’il ne cache pas et qui a la particularité de s’appuyer sur tout ce dont les communistes depuis bien longtemps déjà a suscité leur autocritique : soutien un temps au stalinisme en tête ! 

Mélenchon,  qui ne s’en laisse pas trop conter, lui a fait remarquer, c’était la moindre des choses, ce blocage comme il lui a indiqué par ailleurs que les intentions et la réussite de Mitterrand d’affaiblir le PCF (également évoquée par l’académicien), pourraient trouver  réparation par un retour sur sa personne des voix communistes égarées au PS. Sait-on jamais ? Fort heureusement le débat n’en est pas resté à des considérations historiques qui d’ailleurs ne peuvent trouver de profondeur dans ce type de rencontre télévisées. 

Après avoir disserté  sur le sens du mot révolution les deux interlocuteurs, l’un y voyant le risque de la violence et du désordre, l’autre le résultat d’une prise de conscience citoyenne de nature à transformer les règles de la démocratie et rétablir une meilleure répartition des richesses, a été évoquée la question essentielle : celle du pouvoir d’achat. La proposition d’une hiérarchie des revenus de 1 à 20, chère à Mélenchon est réapparue avec celle du SMIC à 1700 € chère au PCF ; 

D’Ormesson qui sommes toute ne s’est aucunement présenté comme un adversaire résolu du candidat du Front de Gauche pouvait-être satisfait : les riches le resteront, légèrement moins sans doute,  et les pauvres aussi dans des proportions plus acceptables pour eux. Mais o combien cela serait une avancée pour laquelle ne semblent pas vouloir s’orienter les camarades socialistes (taraudés par le souci de gérer les affaires sans bousculer les puissances d’argent) car bien entendu cette réforme des revenus, accompagnée d’une fiscalité plus juste implique des réformes structurelles de grande ampleur. Sans omettre le changement de constitution avec une VIème République. 

Raison de plus, comme je l’ai déjà dit ici : ne faites pas dans la dentelle, Votez et faites voter MELENCHON, votez Front de Gauche. J.L. 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

La corruption

Posté par jacques LAUPIES le 1 octobre 2011

p1020938.jpg

A l’ombre d’une place catalane

Alain Juppé que la droite nous prépare comme futur candidat à la Présidence de la République, comme il l’a laissé entendre si Nicolas Sarkosy ne se représentait pas ou serait à expiration de mandat (en 2017) indiquait qu’il y avait toujours eu des « affaires » et semblait ne pas s’en émouvoir.

Il en sait quelque chose !

Décidément, même condamné dans le passé,  on peut se permettre en France d’aspirer aux plus hautes fonctions. Pourquoi pas si l’on n’est pas frappé d’inéligibilité ? Alors il faudrait donc changer la loi, comme le suggère dans un débat avec un élu de droite un élu communiste, en indiquant que tout homme politique impliqué dans des affaires financières devrait être privé à vie de mandats politiques.

Affaire à suivre ! Que l’on me permette de douter cependant d’un système, quel qu’il soit, qui laisse des individus traiter des affaires à coups de milliards d’Euros (ou de millions, ce qui n’est déja pas si mal) sans être tentés d’en tirer un profit individuel sous une forme ou sous une autre (promotions, honneurs, primes, voire enveloppes) Il faudrait pour cela atteindre un tres haut niveau de rapports sociaux de type communiste à l’échelle planétaire !

Comme nous n’en sommes pas là les tricheurs ont encore de beaux jours devant eux ! Il est déjà bien que des juges osent s’en prendre à eux. Une goutte relevée dans le vase du capitalisme mondial qui nourrit de manière permanente des voleurs attitrés, reconnus, légaux en quelque sorte.

On a longtemps depuis l’antiquité (les grecs et les romains déjà) dénoncé, démoli politiquement et souvent physiquement les corrompus pour en faire des boucs émissaires dans les affrontements de classe ou de clans. L’histoire de France ne manque pas de ces « magouilleurs » des antres des pouvoirs féodaux, bourgeois, etc. que l’on a révélé au peuple « innocent » afin que cela aide à la prise de conscience politique pour changer les gouvernants.

Bien sur il faut le faire mais avant tout il convient que les rapports économiques soient en adéquation avec des rapports sociaux basés sur la coopération et non sur l’exploitation.

Les principes républicains dissociant clairement l’intérêt personnel (qui est aussi par extension celui d’une classe) par rapport à l’intérêt général sont largement mis en évidence dans les lois mais, comme ils ne s’accompagnent pas d’une transformation de la propriété privée en propriété sociale, ils sont constamment remis en cause.

Il existe pourtant des formes de propriété sociale (publiques, coopératives, mutualistes, associatives) qui peuvent grace à une pratique démocratique permettre d’éliminer les appétits individuels sans pour autant réduire les motivations de chacun, à tous les niveaux de responsabilités. Le recours à la propriété sociale la plus large éliminerait bien plus la corruption que les procès, aussi médiatisés soient-ils !

Même si le commerce international crée des conditions particulières  de concurrence, cela ne peut se concevoir sans la transparence des moyens utilisés et en aucun cas ne pas être soumis à un contrôle sévère des pouvoirs publics.

J L

 

Lu dans l’Humanité

Menace contre Guéant et Sarkosy

Mots clés : ziad takieddine, claude gueant, edouard balladur, renaud van ruymbeke, dominique de villepin, Karachi, nicolas sarkozy, corruption, Kadhafi, Libye, Syrie, Pakistan, Arabie saoudite, Justice,

Ziad Takieddine, l’homme de l’ombre et des secrets prend la parole dans une interview à Libération ce samedi, et évoque ses liens avec Claude Guéant et Nicolas Sarkozy.

Suite à sa mise en examen pour son implication présumée dans une affaire de corruption lors de la présidentielle de 1995, Ziad Takieddine affiche clairement ses liens avec Nicolas Sarkozy et Claude Guéant dans une nouvelle interview que publie Libération. Il s’adresse à Claude Guéant :

« J’ai envie de lui dire : “Monsieur Guéant, vous me connaissez plus que d’autres.” »

Il précise même : « Chacune de mes interventions correspondait à une mission officielle. Je suis allé voir Kadhafi en Libye ou Assad en Syrie uniquement sur autorisation et demande expresse de la part du président de la République, relayée par Claude Guéant. », il ajoute qu’il « exige des excuses ».

Ziad Takieddine se retrouve au cœur de trois scandales de vente d’armes, au Pakistan (affaire Karachi) et à l’Arabie Saoudite, mais il ne manque pas de souligner le rôle de commanditaire de Nicolas Sarkozy dans la réalisation finale des trois contrats. La justice soupçonne le financement occulte de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995. Campagne qui n’avait pas abouti et dont Nicolas Sarkozy était le porte-parole.

Ainsi cet intermédiaire des grands contrats interpelle directement Nicolas Sarkozy pour lui demander de se «débarrasser d’une équipe qui peut lui nuire» et ajoute : « Je suis allé voir Kadhafi en Libye ou Assad en Syrie uniquement sur autorisation et demande expresse de la part du président de la République. »

Le juge Renaud Van Ruymbeke enquête sur la possibilité que Ziad Takieddine ait organisé le retour en France d’une partie des commissions versées aux intermédiaires pour les hommes politiques de la droite. C’est une boite de Pandore pour la droite qui est ouverte par les lettres anonymes, après l’affaire Clearstream qui menaçait Nicolas Sarkozy avant son investiture puis s’est transformé en un procès contre Dominique De Villepin son malheureux rival du moment.

A.S.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

12345
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...