• Admin.du Site

  • Archives

A quand des écoutes collectives de ONFRAY (chiche je vous invite)

Posté par jacques LAUPIES le 19 août 2011

http://www.franceculture.com/player#reecoute-4286095

Michel Onfray est diffusé sur France Culture.

Cela vaut la  peine d’entendre ce philosophe qui ne manque pas de bousculer les esprits. A droite cela peut se comprendre. A gauche un peu moins mais cependant il y aurait toutes les raisons pour que cela dérange aussi.

Il suffit que l’on ait « pratiqué » les uns et les autres pour constater que le philosophe les interpelle indifféremment. Surtout dans cette série de conférences où il ne manque pas à la fois d’exposer les mérites de la psychanalyse et d’écorcher très fortement son fondateur (dont par ailleurs il conteste le titre).

Les mérites sont évidemment d’avoir démystifié la religion et la société responsables de bien de nos « mal être ». Les inconvénients, si l’on peut dire, étant qu’elle soit devenue pour certain un dogme freudien détaché de la matérialité.

Pour m’être « soumis » à une analyse j’ai effectivement fortement ressenti ces différents aspects d’une thérapie qui repose sur la capacité d’un analyste à vous aider à mieux vous connaitre et ainsi à expliquer vos comportements.

Je partage un peu les conceptions du philosophe Onfray à savoir que les concepts freudiens sur la relation oedipienne ne sont pas nécessairement généralisables, pas plus que la technique psychanalytique qui établit une relation détachée entre le patient et l’analyste.

Onfray ne manque pas d’évoquer les contemporains de Freud qui ont contesté  certains aspects de ses travaux et les ont par ailleurs enrichis en accord  voire en desaccord avec lui (Reich, Férenczi, etc.) Rien de très nouveau car d’autres l’ont surement fait avant lui sauf qu’en ce qui le concerne il a la voix de la radio et autres médias fort bien utilisés.

Evidemment ses sympathies libertaires transpirent mais il surfe sur des sujets que trop souvent on n’aborde pas et qu’il nous fait découvrir. Cela sans doute réchauffe le coeur de tous ceux qui, comme moi, n’ont eu qu’un bref contact, quasi accidentel avec l’université. Ma première université, même cela fait sourire certains, étant mon parti. Ce qui fut pour moi providentiel mais j’en conviens, nécessairement insuffisant !

Ce qui m’a conduit par exemple à constater, pour simplifier, que si le marxisme a grandement besoin de la psychanalyse l’inverse est tout aussi vrai. Sans omettre bien entendu un nouveau « cadrage » de la philosophie dans notre existence.

En tous cas il est absurde de penser que l’intérieur de l’être peut-être considéré sans son extérieur, le citoyen sans la contrainte sociale, Le ça (l’inconscient), le moi (notre apparence à mon sens) et le surmoi (les règles, la loi) de freud en sont en définitive la preuve évidente. Tenir le monde de la psychanalyse séparé de celui de l’homme concret dans sa relation avec la nature pour assurer ses conditions d’existence (par le travail notamment) ouvre la porte à bien des obscurantismes politiques.

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Analyse : vers une nouvelle phase de la crise ?

Posté par jacques LAUPIES le 18 août 2011

Texte de Pierre IVORRA publié par l’Humanité le 12/08

La conjonction d’une baisse de la croissance mondiale et d’une exacerbation de l’endettement explique l’instabilité actuelle des marchés financiers et accroît les risques d’un krach sur les titres de dette publique en Europe et aux Etats-Unis.

Les inquiétudes à l’égard de la croissance mondiale ont été sérieusement ravivées cette semaine à la suite de la publication de plusieurs indicateurs révélant un ralentissement économique mondial. La France n’est pas épargnée.

Vendredi 12 août, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) a annoncé une stagnation du produit intérieur brut (PIB) français au deuxième trimestre 2011. Ce zéro pointé de la croissance est dû principalement à un recul de la demande intérieure, c’est-à-dire de la consommation des ménages et de celle des administrations publiques. Cela confirme que les politiques de pression sur les salaires et l’emploi et de baisse de la dépense publique, loin de permettre un retour à l’équilibre de l’économie nationale, au contraire, étouffent l’activité en même temps qu’elles plongent les populations dans les difficultés.

Plusieurs autres pays européens sont également sur la pente descendante. La croissance en Espagne reste proche de zéro (+0,2 % au 2e trimestre) de même qu’en Italie (+ 0,3 %). La production industrielle est en baisse un peu partout au sein de l’Union européenne, même en Allemagne. On mesure les dangers dont est porteur le pacte Euro plus d’Angela Merckel et Nicolas Sarkozy qui prône une réduction drastique des dépenses publiques ainsi qu’une mise en cause des droits sociaux.

Lundi 8 août, déjà, une étude de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE), l’organisme qui regroupe les principaux pays capitalistes développés, montrait que le climat de dégradation est général. Elle indiquait notamment que les indicateurs « pour le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Royaume-Uni, le Brésil, la Chine et l’Inde continuent à pointer vers des ralentissements de l’activité économique » tandis que « des signaux plus forts d’inversion des cycles de croissance ont fait leur apparition aux Etats-Unis, au Japon et en Russie ».

Comment expliquer ce début de retournement moins de deux ans après la récession de 2009-2010 ? C’est là le résultat des mesures prises par les gouvernements des grands pays capitalistes pour faire face à la crise. La nécessité une intervention publique inédite n’est pas en cause. Ce qui pose problème, c’est sa nature. Elle a visé essentiellement à voler au secours du système financier et des grands groupes sans que des onditions soient posées permettant de réformer leur gestion et leurs finalités. Des milliers de milliards de dollars, d’euros, de yens ont été injectés sans garde-fous. Le redressement de la rentabilité qu’ils ont favorisé a été obtenu contre l’emploi, les salaires, l’investissement, les services publics, ce qui explique les difficultés actuelles de la croissance. Cela a également conduit à un gonflement sans précédent des dettes publiques et sociales.

C’est ce triptyque : croissance faible, endettement public fort et groupes privés disposant d’énormes liquidités, qui explique à la fois le krach boursier de ces derniers jours et la spéculation qui sévit particulièrement sur les dettes publiques de la zone euro. Ainsi, les groupes regroupés au sein du CAC 40 parisien disposent-ils de 170 milliards de trésorerie. A quoi les utilisent-ils sinon à spéculer ? En même temps, les fonds américains, qui bénéficient de la part de la banque centrale des Etats-Unis de conditions de financement idéales, jouent leur propre partition et sont au cœur des mouvements spéculatifs. Ils ne seraient guère désespérés si cela aboutissait à un éclatement de la zone euro.

Pourtant, les Etats-Unis ne sont pas eux-mêmes à l’abri même s’ils disposent de l’arme suprême : un dollar, clé de voute du système monétaire international, qu’ils peuvent émettre à volonté afin de payer leurs dettes, qu’ils peuvent faire baisser pour « voler » de la croissance aux autres pays. En même temps, ce jeu est très dangereux, y compris pour les Etats-Unis. L’envolée des dettes dans un contexte économique quasi déclinant attise les risques d’un krach sans précédent sur les titres de dettes publiques. -

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Voir page poésie 8

Posté par jacques LAUPIES le 15 août 2011

033.jpg

La peinture abstraite s’explique-t-elle ? Qu’importe lorsque nous la trouvons belle !

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Voir page Poésie 7

Posté par jacques LAUPIES le 14 août 2011

p1020697.jpg

 

http://atoucoeur.unblog.fr/poesie-7-souvenir-de-paris/

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

L’actualité : une affaire de troupeau

Posté par jacques LAUPIES le 13 août 2011

204.jpg

Faut-être un peu anar pour faire un dessin comme ça !

Mais enfin rions un peu ça soulage

 

Londres serait à feu et sac à cause des pilleurs ? Leurs Majestés qui ont passé leur vie à gérer les biens acquis par leurs ancêtres de la même sorte crient aux voleurs. Conservateurs et travaillistes rigolent ou ne rigolent pas. Bof ! Qu’importe, ils sont à l’abri ! Ce n’est même pas une révolte, encore moins une révolution. Peut-être quelque lointain prémisse

Des jeunes meurent en Afghanistan suite à des choix politiques d’un gouvernement qui non seulement commet des erreurs stratégiques considérables, en misant sur une armée puissante et bien équipée face à une fraction population de miséreux sous l’influence de concepts religieux extrêmes, mais  en ignorant qu’aucun peuple ne cède à une occupation, quel que soit le terme fixé.

Des vieux meurent par la main d’un médecin qui aurait pratiquée l’euthanasie.

Médailles, auto félicitations, gratifieront le pouvoir de ces politiques d’un autre temps. Prison pour remercier éventuellement celui qui a soulagé de souffrances des personnes en fin de vie.

Chacun aura sa carotte ou son bâton. Même ceux qui sont dans l’observation de la bousculade :

Il ya l’élite qui se goinfre entretenue dans de somptueuses tours de la city (ou de la Défense), ou dans quelque palace, qui empoche les dividendes des sociétés pétrolières ou autres. J’en ai connu un (de ces élites très diplômées) qui était payé (plutôt bien) à ne rien faire. Enfin presque car il était en stage dans un superbe bureau apparemment pour avaler et digérer les thèses à la Laurence Parisot et, qui sait, en faire bon usage plus tard dans quelque poste directorial. Charmant garçon par ailleurs. L’un n’empêche pas l’autre !

Il y a le troupeau. D’abord le petit : tous ces niais de la moyenne, qui vont se faire bronzer sur des plages privées mettant les miettes du festin capitaliste dans leurs petits plaisirs mesquins, genre restaurant bcbg ou autres lieux ou l’on profite des vacances pour se cultiver dans une masturbation intellectuelle collective. La masturbation c’est solitaire, en général, mais certains y prennent du plaisir quand ils sont nombreux. Simple constat de l’existence de ceux qui frémissent d’envie en voyant les princes ou quelque footballeur vedette.

Je n’oublie pas le gros du troupeau qui suit. Celui qui bosse pour un smic et un peu plus. Le Rsamiste qui est parfois raciste. Le chômeur et espère gagner au loto. Le dealeur qui se charge de préparer les autres à devenir les précédents. Ceux-là n’ont pas de récompense. Diable non ! Mais ils compensent comme ils peuvent en mettant tous les politiques dans le même sac. Comme ça pas de regret !

Ils ont en plus leurs souffre-douleur. Ca les calme… Ou leur fait peur. La télé les expose, les relate, sur ses plateaux bavasseurs et dans ses infos choisies. Merci les violeurs, merci les pédophiles, merci les tueurs en série, merci les massacreurs de famille, merci les casseurs et les braqueurs ! Merci DSK (le sacrifié de la haute) Merci à tous, grâce à vous on oublie  les crimes aseptisés, bien propres, qui donnent droit à de beaux enterrements et aux médailles à titre posthume, à l’ombre des drapeaux volés à la République sacrifiée.

Et moi, et moi et moi ? Comme dirait Dutronc ! Ben moi j’en rigolerais si des millions d’enfants ne mouraient de faim où, pour ceux qui survivront, sont préparés à devenir le gros du troupeau. Ah comme je suis heureux d’être un peu un tout petit mouton noir.

Et si je ne craignais que tout cela finisse mal tout irait à peu près bien…

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

12345
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...