• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Les problèmes philosophiques nous permettent de mieux penser notre condition

Les problèmes philosophiques nous permettent de mieux penser notre condition

Posté par jacques LAUPIES le 25 juin 2011

Benoît Schneckenburger, Professeur de philosophie au lycée turgot à Paris et à l’université Paris-VIII.

Il n’y a certes pas de sujets de dissertation au baccalauréat proprement d’actualité, mais leurs problèmes philosophiques nous permettent de mieux penser notre condition. Une vérité scientifique peut-elle être dangereuse, se demandaient hier les candidats au bac des séries ES. Dangereuse pour qui ? Dangereuse pour quoi ? Contre tous les obscurantismes, 
la science, qui s’appelait aussi à ses débuts philosophie, s’est d’abord présentée comme ce qui nous permet d’échapper à la crainte née de l’ignorance. Épicure nous apprend qu’il faut connaître les phénomènes de la nature pour ne plus en avoir peur. Tout le siècle des Lumières s’érige contre l’obscurantisme de ceux qui veulent encore profiter de leur pouvoir fondé sur l’ignorance. Aujourd’hui, le rejet de Darwin continue d’animer bien des fanatismes. Il doit être défendu.

Faut-il pour autant vénérer la science ? L’évolution de la science en technoscience, science instrumentale selon le mot de Bachelard, pose de nouveaux problèmes. La science s’engage désormais directement dans la pratique. Elle est celle qui, depuis Descartes, a le projet de nous rendre « comme maître et possesseur de la nature. » Tout est dans le « comme ». Comme connaissance, il ne faut pas en avoir peur, mais comme pratique, toute la question est celle de savoir si on peut la contrôler. C’est là le rôle d’une éthique, mieux d’une politique publique qui, s’agissant des OGM ou des nanotechnologies, saura lui attribuer des fins en fonction de choix discutés démocratiquement.

Croire en effet qu’il suffirait de laisser faire le marché en matière de recherche, c’est croire naïvement que la science 
se donne librement ses objets. 
En réalité, les technosciences industrielles sont liées au calcul de la rentabilité immédiate sans prendre en compte 
les fins morales. Nous dépensons 
sans doute plus pour les technologies 
de nos téléphones portables que 
pour guérir le paludisme. La rationalité technique et économique ne suffit 
donc pas pour être raisonnable.

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...