• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > POLITIQUE
  • > Ce que je dirais à un jeune qui veut faire de la politique dans le PCF…

Ce que je dirais à un jeune qui veut faire de la politique dans le PCF…

Posté par jacques LAUPIES le 29 mai 2011

adhesion39934.gif

Observe et réfléchis un tantinet. Tu sauras ainsi ce que prépare l’adversaire de classe ! A condition que tu aies quelques notions de base sur la théorie marxiste et une connaissance de l’histoire.

Pour la théorie je te renvoie à deux textes fondamentaux, pour commencer « l’idéologie allemande » et « le manifeste du Parti Communiste » A plus de cent cinquante ans de leur publication ces deux ouvrages n’ont pas vieilli.

Pour l’histoire et sa compréhension je te conseille de t’en tenir aux faits les plus marquants que relatent généralement les manuels scolaires en faisant l’effort d’essayer de les analyser toi-même à la lumière du développement des sciences et des techniques, des rapports sociaux existants et des affrontements de classe du moment.

Relativise les comportements de ceux qui sont au cœur de ces processus, ce ne sont pas eux qui font vraiment l’histoire mais les forces économiques et sociales qu’ils incarnent. Ils sont magnifiés, banalisés et parfois détruits par ces forces. Rares seront ceux à qui l’on rendra un hommage unanime. Les statues, les noms de rues attribués à des célébrités ne sont que le reflet d’une humanité qui se cherche qui adore et adule aussi vite qu’elle nie et renie. Ne les efface jamais car ils rappellent parfois la beauté, la gloire mais aussi la misère et la médiocrité. Autant de choses dont il faut se souvenir !

Le présent importe car il prépare l’avenir mais transpose le passé et imagine en regardant autour de toi.

Il faut inventer sans prétention.  Sciences et techniques de ton temps te donneront des possibilités mais en général la pesanteur des vieilles idées en efface l’éclairage dans la masse des peuples seuls capables d’en faire bon usage.

A toi de tenter de les éclairer !

Méfies toi de ceux qui ont un savoir. Car il y a des savoirs et pas un savoir unique. Les plus dangereux sont ceux qui se fondent abusivement et parfois exclusivement sur l’apparence. Ils peuvent en faire un usage négatif ou être instrumentalisés pour cela.

Méfies toi des mouvements de groupes, des partis mais surtout ne t’en détache pas ! Ils sont indispensables pour que les peuples imposent l’égalité et la liberté. Ne crois pas aux mouvements spontanés. Les pulsions de groupe sont comme les pulsions d’individus. Elles peuvent conduire au passage à l’acte. La révolution de l’être ou de la société en découle. Mais incontrôlée elle rend dépendant et expose ceux qui ne la maitrisent pas.

Les révolutions  connaissent vite l’apaisement et la dépression. Elles sont toujours une tentation et une proie pour les opportunistes qui collent vite aux vrais révolutionnaires.

En un mot sois vigilant et présent. Le pouvoir est une nécessité ! Celui qui « fait le bien » en a autant besoin que celui qui « fait le mal ». Ne le revendique pas là où il ne conduit qu’à la domination égoïste. Le pouvoir doit-être délégué. Il permet d’exécuter la volonté de tous. Ce à quoi tous doivent veiller en permanence.

La démocratie ne peut être parfaite mais impossible de la contourner. Ne laisse pas voter seulement les vieilles générations dont une tendance perd une mémoire qu’il te faut retrouver pour elles. Sois critique avec les générations intermédiaires victimes mais aussi responsables de la soumission à la crise du capitalisme.

Voila ce que je dirais à un jeune. Intéressé par la politique ou pas ! Mais lui que me dirait-il ?

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...