• Admin.du Site

  • Archives

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

Le Front de Gauche de Tarascon communique

Posté par jacques LAUPIES le 7 décembre 2010

Le Front de Gauche de Tarascon (Parti de Gauche, Parti Communiste, Gauche Unitaire) a désigné ses candidats pour les élections cantonales.

 Enna DUFOUR 

Conseillère municipale (ennatarascon@aol.com)

Alain DUPRE Agent de maîtrise à la SNCF 

Militant syndical et associatif (alain.dupre@neuf.fr

Sa première démarche, devant l’attitude indigne et méprisante du gouvernement, est de demander à tous ceux qui sont en accord avec les grandes lignes politiques que le Front de Gauche défend, de se rassembler, autour de ses candidats 

·        Préserver notre système de retraite par répartition, tout à fait viable, et auquel la réforme proposée porte un coup fatal, contrairement à ce qui est annoncé. 

·        Préserver notre système de santé, qui bientôt ne sera accessible qu’à une poignée de personnes. 

·        En finir avec la casse de nos services publics : Eau. EDF. Poste : ça marche moins bien, et ça coûte plus cher. 

·        Education : 40 000 postes supprimés en deux ans (16 000 l’an prochain !).   

·        Leurs réformes ne réalisent même pas les objectifs qu’elles prétendent vouloir atteindre. 

C’est purement du travail de démolition. Et la casse ne s’arrête pas là : agriculture, justice, petit commerce… ·        En finir, avec la démission de l’état : On demande aux collectivités locales de prendre en charge des tâches qu’elles n’ont plus les moyens d’assumer. En clair : Notre République est en danger. 

Nous serons heureux d’accueillir, et de travailler avec tous ceux (Associatifs, politiques, individus isolés), qui ont envie de mettre fin à cette débâcle et de reconstruire. LE FRONT DE GAUCHE DE TARASCON 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

Ségolène, Dominique, François et les autres

Posté par jacques LAUPIES le 1 décembre 2010

p1010918.jpg 

Faire parler, faire proposer, synthétiser les idées selon une méthode éprouvée (pour nous elle est essentiellement d’essence marxiste) faire apprendre à contrôler la gouvernance politique ! N’est ce pas le rôle des partis ?

 

Nous évoquions ce weekend dernier  ce que nous inspirent les révélations de Wikileaks. A peine avions nous rédigé le texte qui précède dans ce blog que nous voilà devant la télé à écouter et voir Montebourg.

Et ce jour même la télé nous annonce la candidature de Ségolène Royal. Avec Walls, Hollande, cela fait  quatre prétendants. Si l’on y ajoute  Martine Aubry et Dominique Strauss Khan les électeurs des primaires (de droite et de gauche) vont avoir le choix.

Chacun a son programme et ses approches « philosophiques et politiques » si bien que la synthèse de tout cet ensemble promet d’être savoureuse. Mais n’ayons pas la naïveté de croire qu’il y a une tendance révolutionnaire dans tout ça.

Les électeurs bien orientés par la télé vont avoir à choisir entre ces candidats sauf si, au dernier moment,  il y a des retraits. Il existe visiblement une palette de prétendants au trône du côté droit et au centre (revalorisé pour la circonstance).

Si les choses en restent  là, le Front de gauche, qui ne dispose que de deux candidatures à la candidature,  pour l’instant,  va se sentir bien isolé dans les couloirs d’attente des  plateaux de télé.

Ne nous y trompons pas les médias vont œuvrer pour la promotion de ceux qui les financent et (ou) exercent un pouvoir de contrôles sur eux. Car il faut tout prévoir, y compris la défaite de Sarkosy et préparer un prétendant à la succession le plus proche possible de sa politique si profitable aux riches de ce pays.

Mais pour en revenir à Montebourg, celui-ci semble s’engouffrer dans un créneau politique un peu différent (en tous cas en apparence) de ceux de ses amis et prendre en compte certaines exigences  en matière de réformes institutionnelles (6ème république que nous appelons de nos vœux), d’économie (il  a insisté sur le besoins d’une économie « capitaliste » sociale et solidaire) et des contrôles bancaires. C’est un bon début pour un socialiste, surtout par les temps qui courent !

Il a eu des accents de républicain convaincu et on lu a même attribué le qualificatif de gaullien. Autant d’éléments qui  plaident en sa faveur auprès d’un certain public.

Y aurait-il un lien avec  la précipitation de Ségolène Royal qui  dépêche  Dominique Strauss Khan en Premier Ministre éventuel ? Lamentable !

Mais que peut –on espérer de ces élections primaires qui, nous semble-t-il, vont placer les querelles de personnes au premier plan et effacer les réponses possibles à l’attente des français ?

En fait les français vont être invités à des élections primaires qui consisteront

-          Choisir entre des hommes ou des femmes, issus de la même famille politique présentant des propositions élaborées  à partir de leurs propres convictions mais ayant pu fort bien y renoncer et se situer dans un opportunisme électoral pour réussir à s’imposer. Ce qui en tout état ne peut offrir de réelles garanties d’autant qu’ils seront  ensuite confrontés à une synthèse de parti qu’ils porteront ou de laquelle ils se détacheront dans l’exercice du pouvoir.  La conséquence du choix soumis à un suffrage universel  étant  de réduire l’impact du groupe qui le soutien (les français de toutes opinions seront amenés à faire le choix de la candidature) Le rôle des partis politiques, garantie de démocratie de l’expression populaire s’en trouvera nécessairement diminué.

-          Ou bien s’en remettre au système actuel qui consiste à choisir entre des programmes politiques élaborés collectivement au plus près de la population (pour ce qui concerne certains partis) Les candidats ayant à rendre compte de leur application  devant les instances qui les ont désignés. Ce choix ayant  à priori pour conséquence, sans pour autant réduire l’initiative individuelle, de mettre l’élu en responsabilité devant ceux qui lui confient un mandat. D’abord en l’investissant au plus près de l’élaboration des orientations politiques, ensuite en le soumettant aux contrôles des électeurs. Ce système n’est pas parfait car il privilégie les états-majors des partis à tous les niveaux, sauf si ceux-ci pratiquent une démocratie interne irréprochable.

C’est aux partis qu’il incombe de consulter et de faire participer les électeurs  au scrutin présidentiel dont les modalités  devraient évidemment être revues et qui nécessitent une révision constitutionnelle. Il faut placer chaque élu dans de meilleures conditions pour légiférer et gouverner au mieux de l’application des idées dont il se réclame.

Le scrutin proportionnel accusé de produire de l’ « ingouvernabilité »  n’a rien à envier à la plupart des scrutins actuels  qui accentuent les magouilles médiatiques. Lesquelles  s’appuient sur l’aspect  émotionnel  que prend l’individualisation de l’élection qui va dérouter le  citoyen peu averti sur les questions politiques de fond.

 

Publié dans POLITIQUE | Commentaires fermés

123
 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...