• Admin.du Site

  • Archives

3 – Dieu et les fils de putes

Posté par jacques LAUPIES le 6 juillet 2010

 

 

 

 

6 07 2010

 

 Est ce parce que je regarde trop les informations télévisées et la plupart des débats  qui se déroulent notamment sur les chaînes publiques ou peut être le simple effet de l’immobilité devant l’écran, source de privation d’activité physique, mais j’ai de plus en plus envie de vomir. 

Les exemples ne manquent pas de cette déliquescence des médias dans ce domaine. Heureusement qu’existent aux heures tardives de diffusions de qualité qui bercent mes insomnies. Mais hélas il ya tout le reste, destiné à un public que le Général De Gaulle aurait qualifié de veaux. 

 Faits divers, scandales qui frappent des Ministres, envahissement de commentaires sur l’effondrement de l’équipe de France et des commentaires mal  élevés des plus élevés que cela suscite, procès de dirigeants d’entreprises ou de leurs commis, sélection arbitraire de dirigeant politiques que l’on veut promouvoir et qui viennent donner une opinion sur tout y compris ce qui ne les regarde pas, etc. 

La politique est partout me disait-on ! Certes elle influe sur tout comme elle est influencée par tout. Si le bœuf est trop cher à cause de la politique agricole, on mange du poulet, ou sans viande, c’est sur. Si l’amour est une valeur mal comprise et en perte de vitesse, on verse dans la démesure de la pornographie qui n’est pas, elle non plus, sans lien avec la politique, le sexe devient consommable comme cette eau naturelle que l’on met en bouteille. Les humains comme toutes les espèces ont besoin de manger et de baiser. Apres cela ils peuvent rire, danser, aller au spectacle. Là ou tout s’aggrave c’est quand les estomacs vides et les couilles pleines le troupeau sublime pour oublier ses frustrations alimentaires ou sexuelles : la pop et le foot sont des souvent prétexte à cela. Eléments de culture ils en deviennent le centre. 

 Le divertissement sain du charme des sons et de celui des corps devient objet de délire au lieu de nous émerveiller, de nous orienter vers la beauté. 

 Par ou commencer pour dire cette constatation générale que l’on nous prend pour des imbéciles ! Il est vrai que les veaux ne sont pas réputés être très contestataires et qu’ils tétent et broutent par instinct. C’est le propre des moutons qui semblent bêler sans trop savoir pourquoi, en général quand ils ont peur. 

Je ne chronomètre pas les infos les plus adulées par ces journalistes qui voudraient nous faire croire à leur objectivité en pleine crise d’auto censure pour les plus honnêtes, en pratique militante pour les plus culottés. Toutefois le pompon de la durée revient très certainement à l’équipe de France au moins championne de quelque chose : les bavures qui font baver. 

Quelle aubaine pour ce journaliste et ses patrons d’avoir su qu’on se traitait d’enculé dans les vestiaires ! S ‘il avait pris soin de pousser ses investigations peut être aurait-il découvert que cette pratique pas très sportive (cqfd) est monnaie courante entre sportif de haut – ou de bas – niveau. 

Etre traité de fils de pute est aussi fréquent dans beaucoup de lieux. Etre invité à aller se faire enculer ne l’est pas moins. On remarquera que les stigmatisations ainsi énoncées, avec leur connotation sexuelle, nous ramènent à la misogynie et à l’homophobie ambiante que  l’intelligentzia de notre société (journaliste en tête) prétend vouloir atténuer. Des années d’efforts à coup d’œuvres cinématographiques, de débats d’intellectuels, de déclarations tonitruantes voire d’exemples pris dans le show business ou dans le monde politique  pour expliquer l’homosexualité et faire des prostitués des victimes honorables, sont mis en cause par un “journaliste” qui fouille dans les poubelles du langage. 

Le recherche de la multiplication des tirages et de l’audimat par tous ces responsables d’édition est évidente. Ils pleurnichant sur le désarroi nos têtes blondes qui, pour la plupart,  sont présentés comme étant indignés et conséquents dans l’analyse de la défaite française.  Comme si précisément le bourrage de crane entretenu par les commentateurs télévisés était étranger à la réaction soi disant très sévère de la jeunesse. 

On aurait voulu la déstabiliser qu’on n’aurait pas fait mieux. Un but de plus marqué par le Dieu tout puissant dans son entreprise de nihilisme des valeurs de solidarité, d’égalité, qu’il substitue à celle de la défense des valeurs éternelles et nobles dont il se réclame. 

 

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...