• Admin.du Site

  • Archives

1 – Devinez qui est ce Dieu

Posté par jacques LAUPIES le 15 juin 2010

105.jpg

Ce n’est point l’envie d’écrire qui fait que je ne suis pas aussi présent sur ce blog ! 

Je mesure combien il est aliénant de se taire par manque de temps. Y sont cependant condamnés des millions de personnes que le quotidien emporte avec ses obligations. Le travail, la famille qu’il reste si peu pour la patrie (tout cela au sens non pétainiste des termes, bien sûr). Comment trouver cette heure ou l’on devrait pouvoir quotidiennement dire ce qui va inévitablement nous échapper, dans un inconscient ou s’entassent et se diluent les réflexions non dites ? 

Je n’ai donc pas à me plaindre plus qu’un autre de cette perte de pensées qui, médiocres ou pas, trouveraient dans la parole ou l’écrit cette extériorisation salutaire. Comme le sont pour une plante la respiration de l’air, l’humidité du sol et les rayons du soleil. Otez lui ces éléments et elle végète à la mesure des privations qu’elle subit. Elle peut même en crever ! 

 En regardant autour de moi, il me semble être dans un champ où s’étiolent les végétations. 

Pour quitter la métaphore je dirai plus crûment que nous sommes privés de plus en plus de la bienfaisance de la lecture et de l’écrit, de l’écoute et du parler ! Certains diront, et ils n’auront pas tout à fait tort, la médiatisation d’une sorte de pensée unique polluante étouffe nos personnalités et les empêche de s’épanouir tout comme l’invasion des airs et des sols pollués nous place dans une position de soumission bien malgré nous au même rang que les plantes. 

Même les meilleures pousses peinent. Issues d’un sol généreux bien équilibré, et en tous cas dans la conformité d’une nature, mouvante, imprévisible et qui adapte et corrige au gré du hasard les besoins et les désirs des espèces; elles cherchent des échappatoires sous le couvercle  qui les étouffe. Elles ne s’épanouissent plus elles survivent. 

Tout l’air, toute l’eau, tout le soleil qui leur est nécessaire est rationné par un Dieu mesquin et égoïste, comme le sont parfois les Dieux. Comme tous les Dieux il dicte des lois, des conduites, des morales plus ou moins immorales. Il n’est plus besoin d’aller dans les temples ou les églises pour entendre ses paroles. Des paroles tantôt menaçantes, tantôt complaisantes, flatteuses mêmes (vous connaissez la fable du corbeau et du renard). Des paroles de fausses vérités, perdues, mélangées dans la déferlante des lieux communs enrobés du vernis du langage qui se donne des allures de modernité avec la grossièreté quand ce n’est pas la vulgarité. 

Bien mal intentionné ce Dieu ? Mais non pas du tout ! Comme tous les Dieux il se veut maitre du monde, s’entoure de prophètes et de leurs disciples pour prêcher la bonne parole (ou la mauvaise comme vous voudrez) Sa puissance ne fait aucun doute mais cependant elle devient trop visible, gênante, parfois irrespectueuse pour les croyants. 

De plus en plus certains d’entre eux résistent. Et c’est bien connu les Dieux disparaissent quand on n’a plus besoin d’eux et que l’on découvre leur supercherie. 

(à suivre) 

 

 

(à suivre)

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...