• Admin.du Site

  • Archives

Aux USA : abolir la peine de mort et sauver un innocent

Posté par jacques LAUPIES le 26 décembre 2008

Le témoignage d’un élu, Pierre Mansat, adjoint PCF au maire de Paris qui a décidé avec Claude Guillaumaud-Pujol, universitaire, auteur de Mumia, un homme libre dans le couloir de la mort d’aller aux États-Unis rendre visite à Mumia dans le couloir de la mort de la prison de SCI Greene

La situation de Mumia Abu-Jamal nécessite une intensification de l’action.
Les visites régulières de personnalités, d’élus sont un élément important de cette mobilisation, aussi, avec Claude Guillaumaud-Pujol, auteur de Mumia Abu-Jamal, un homme libre dans le couloir de la mort, nous avons décidé de nous rendre aux États Unis.

Mumia est dans le couloir de la mort de la prison SCI Greene (Waynesburg, Pennsylvanie), à 100 kilomètres de Pittsburgh.

Le dimanche 14 décembre, nous l’avons rencontré. Dans une petite pièce blanche aux murs capitonnés, une vitre épaisse nous sépare, pas de micro, de chaque côté deux fentes grillagées.

À notre entrée Mumia, vêtu de la large combinaison orange, nous montre ses deux poignets : depuis la visite de Desmond Tutu et ses interventions, Mumia, comme les autres condamnés à mort, n’est plus enchaîné lors des visites.

Pendant près de trois heures nous parlerons de la lutte pour sa libération, de la crise, de l’élection d’Obama, de la France.

Mumia travaille à un nouveau livre : Avocat du couloir de la mort. En effet, il aide les autres prisonniers à monter leur dossier. D’ailleurs nous verrons très brièvement un condamné à mort qui a obtenu la révision de son procès, « grâce à Mumia ».

Mumia est combatif, souvent souriant, mais sa situation est terrible.
Il a souhaité nous confier un « message ». D’abord remercier tous ceux qui militent pour sa libération, les militants du combat pour les prisonniers politiques aux États-Unis.

Et comme nous évoquions une possible adresse à Barack Obama sur la peine de mort, il a exprimé le souhait d’une double demande : d’abord « la situation économique des prisonniers est dramatique, leur droit au travail doit être réel ». Et puis « le droit à l’instruction doit être inscrit dans la Constitution américaine ».

Il faut amplifier ces visites à Mumia (Patrick Braouezec devait le voir le 21 décembre).
Et peut-être réfléchir à l’organisation d’une « chaîne » d’élus français et européens.

 

Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Histoire d'Europe |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RETROVISEUR SANSALVATORIEN
| larurale
| Droit Administratif des Bie...